Scroll to top
Agence de Communication créative

Agence Web & E-marketing
depuis 10 ans

Champagne & Afrique : des bulles loin d’être spéculatives

Il a l’air moins vigoureux le triptyque Afrique, guerre, famine. Il a perdu de sa superbe et ne vient que très peu hanter désormais les débats autour d’un continent certes encore en proie à certains tourments, mais dont le dynamisme ne cesse d’éclaircir l’horizon d’un avenir qu’on lui prédisait jadis nébuleux et sombre.

De l’eau a coulé sous les ponts….
L’hebdomadaire britannique The Economist titrait à l’an 2000 « Hopeless Africa » comprenez le continent sans espoir.
Que s’est-il passé en 13 années pour que ce même hebdomadaire titre cette fois-ci « Hopefull continent » : le continent plein d’espoir.
On a coutume depuis plusieurs années d’entendre une pléthore de discours enflammés sur l’Afrique.
On dépeint un continent en pleine ébullition,des pays à la croissante insolente.
Les contes et légendes parfumant le folklore et des fantasmes enjoués ont laissés la place à des contes des temps modernes. Les légendes vivantes, modernes et africaines quant à elles existent déjà à la faveur du nombre sans cesse croissant de milliardaires africains, de l’émergence d’une classe moyenne au pouvoir d’achat sans cesse grandissant et en quête de nouveaux produits de consommation notamment occidentaux. À ce titre, il est important de souligner que l’un des marchés les plus florissant et à mesure d’offrir des opportunités de pénétration sur le continent pour des grandes marques est celui du vin et des spiritueux, plus précisément le champagne.

champagne afrique

L’Afrique anglophone est particulièrement assidue en matière de consommation de champagne. D’après un article du journal le Monde reprenant des chiffres avancés par le  Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne, le Nigéria aurait importé en 2014 près de 768.131 bouteilles de champagne.

Le Nigéria est le marché qui connaît une croissance aussi rapide en ce qui concerne la vente de champagne.
Le journal The Guardian soutenait qu’en 2013 il y avait eu pour plus 50 millions de dollars de champagne vendu et que cette tendance allait continuer de progresser.
Dans une interview donnée à la revue du vin de France, le président de la marque de champagne Veuve Clicquot pariait que dans cinq ans la marque vendrait plus de bouteilles au Nigéria qu’en Suisse.

Ce n’est guère donc étrange que la marque Veuve Clicquot soit l’organisateur de l’un des événements mondain  les plus importants d’Afrique du Sud, « le Veuve Clicquot Masters Polo Cape Town »….

L’Afrique du Sud, l’Angola, le Kenya sont les prochains marchés d’avenir pour la vente du champagne en Afrique. La nouvelle classe aisée de ces pays aime le champagne haut de gamme et est prête à mettre à la main au portefeuille pour acquérir et déguster les meilleures cuvées.

C’est bien évidemment un signe extérieur de richesse mais surtout une façon pour ces nouveaux riches d’affirmer leur statut social.
L’Afrique devrait selon le magazine les échos compter 75 milliardaires en 2022. La croissance économique s’accentue depuis le début des années 2000.
Elle a ainsi dans son sillage favorisée l’émergence d’une classe moyenne aisée et surtout l’apparition de millionnaires et milliardaires ayant un fort pouvoir d’achat et une appétence particulière pour de nouveaux produits et services à la hauteur de leur fortune.Face à ces opportunités, il est important pour les marques dont le désir est de conquérir ces nouveaux marchés de connaître le marché local (habitude de consommation, codes, leaders d’opinions…) afin d’adapter leur communication.
C’est en articulant la réflexion autour d’une stratégie pensée en amont que ces marques pourront réussir le « pari africain »
À l’heure où le taux de pénétration mobile est de 50% et avoisine les 82% en Afrique du Sud, soit autant qu’aux USA il convient de remarquer l’importance que peut jouer la communication digitale en Afrique.
Le Digital représente un levier intéressant pour les grandes marques dont l’ambition est de séduire et transformer en clients les fameux « High Net Worth Individual » cette catégorie de la population africaine ayant un fort pouvoir d’achat.
Cette population a progressé de 20% entre 2015 et 2016 en Afrique anglophone. Cette partie de la population possède un patrimoine estimé entre 1 et 5 millions de dollars. Ils sont présents sur les réseaux sociaux et s’en servent pour afficher leur style de vie aux 12 millions d’utilisateurs d’Instagram Nigérian et Ghanéen.
Ces High Net Worth Individual contribuent à faire grossir un secteur du luxe d’Afrique anglophone ayant généré 5,9 milliards de dollars.
Chiffre qui devrait progresser de 30% dans les cinq prochaines années à venir, en Afrique du Sud, on compte 25 millions d’internautes.

Soit autant de clients potentiel à toucher à travers une campagne digitale pensée pour cette cible africaine qui ne répondra certainement pas à des messages publicitaires adaptés à un public occidental.
La culture et les coutumes étant différentes, il est important d’adapter sa communication digitale à la cible.

Une communication qui fait écho aux réalités, aux couleurs et aux spécificités inhérentes à l’environnement de ces marchés émergent.
La communication digitale en Afrique est un canal d’avenir si jamais cette dernière est capable à travers les marques de créer et penser des histoires qui parlent aux Africains.
Le continent sans espoir est aujourd’hui celui qui attire tous les regards. Mais seules les marques qui comprennent les spécificités africaines pourront continuer de sourire avec lui sinon leur espoir de pénétrer sur un marché dont la population représentera 1/3 de la population mondiale d’ici à 2050 seront voué à un  échec.

Pour vous faire aider dans votre projet et être accompagné par des experts du marché Africain, n’hésitez pas à nous contacter.

Related posts